Au-delà et monde parallèle

Imaginons un monde parallèle au-delà ..

Monde astral peuplé d’esprits sans corps physiques, et qui échappe aux sens ordinaires généralement, ou presque, excepté des vrais voyants. Autant dire, rares sont-ils contrairement à ce que l’on pourrait penser.

– L’être qui vient de naître ou celui qui approche de la mort sont en voie de passage entre l’au-delà et le ici-bas. Le nouveau né demeure encore en contact, ou tout au moins, en possibilité de contact avec le monde d’où il vient. Il est venu tout récemment sur terre, 222 jours avant sa naissance », d’après des observations de Maurice Guinguand.

Les descriptions de Maurice Guinguand sont claires. Cet homme, écrivain ésotériste détenait un grand savoir et des facultés très particulières. Ses travaux déposés ne se retrouvent nulle part ailleurs, découvrons :

L’être qui va mourir perd l’opacité de sa matière. Il se fluidifie et commence à reprendre contact, comme s’il émergeait des profondeurs des eaux, vers un monde éthérique dont il a peu à peu la perception. C’est ainsi que nouveaux nés et mourants peuvent percevoir ce que l’on appelle les fantômes. Ou plus exactement les formes éthériques.

Ceci revient à concevoir l’existence d’une zone de transition entre les deux milieux de la matière et de l’immatériel. Zone aussi réelle que la couche de brume qui flotte au matin sur les eaux. Couche visible, opaque, et d’une épaisseur appréciable que nos sens nous permettent d’abord de distinguer, mais qu’ils nous empêchent ensuite de pénétrer. C’est dans cette zone que coexisteraient en quasi contact les incarnés et les désincarnés attardés. Chacun au voisinage du milieu qui n’est pas encore le sien ou qui n’est plus le sien.

Quand l’être commence à s’incarner il est une parcelle de lumière qui s’enlise peu à peu dans la matière et l’enfant cesse de vivre avec les anges. Il ne peut que continuer à leur sourire. Il se détache de l’au-delà. C’est ainsi qu’on dit, que les enfants rient aux anges. Il finira, il perdra sa vision dès qu’il aura atteint l’âge de 7 ans, ce que nous appelons nous, l’âge de raison.

Le mourant par contre, commence à percevoir l’état dans lequel il se retrouvera bientôt et il se sensibilise à l’approche de cet état qu’il va acquérir. État d’attente avant une réincarnation future ou état de transition, avant une évolution vers les mondes supérieurs.

C’est à partir de là qu’il appartiendra alors à un monde, à une zone proche de la terre, avec laquelle il lui sera possible d’entrer en contact. Débuterait le spiritisme exercé depuis l’aube des temps. –

Domaine qui n’intéresse pas ici, et pour lequel un chapitre entier lui a été réservé dans le livre : Au-delà Réincarnation la Résurrection dans le but de prévenir et mettre en garde des dangers du spiritisme. Afin de démystifier à juste raison aussi, certains milieux spirites, dans la lignée d’Allan Kardec dont la réputation n’est plus à faire.

Une description du corps astral nommé : Périsprit pourrait attirer l’attention, voir plus loin. Mais la tendance moderne des années 30 jusqu’à notre époque, ne semblerait guère avoir éclairé la pratique du spiritisme, et encore moins celui dit christique.

En effet, dans la plupart des ouvrages spirites, il est précisé que la nature du corps astral ou périsprit est composée de matière. De notre point de vue, il semblerait y avoir une confusion et un manque de  discernement dans les déclarations spirites..

A notre connaissance, le corps astral n’appartient ni au plan matériel, ni à son magnétisme. De ce fait, il ne pourrait être composé de matière. L’origine de ce corps est issue d’un monde au-delà de la matière.

Mais cela pourrait s’expliquer. D’une part, les esprits qui renseigneraient des individus ayant la faculté de médiumnité, seraient proches de la terre. Et d’autre part, ces esprits n’appartiendraient pas, ou pas encore, à un monde supérieur.

De ce fait, leurs corps astraux témoigneraient du degré d’avancement individuel sur un des échelons d’une progressive évolution. Parmi d’autres esprits semblables, et inférieurs également. C’est pourquoi la vibration proche encore de celle de l’aura de la terre, les corps astraux apparaîtraient encore grossiers, de même que leurs propres corps.

Cette explication est strictement personnelle. C’est une projection sans aucune validité. D’une part, il serait bien difficile de parvenir à détailler précisément, à l’exception de vrais initiés, la condition réelle d’un esprit dans l’au-delà. Et d’autre part, on ne peut pas non plus se fier aux témoignages des spirites pour la raison suivante:

Quand bien même on reconnaît une faculté particulière chez les médiums, et les spirites, les prédisposant à établir des contacts avec des personnes défuntes, cela ne veut pas dire que ce qu’ils dépeignent soit une réalité, pas plus qu’une généralité.

Chacun voit, ressent et perçoit à l’échelle de ses perceptions, de sa sensibilité, de son niveau psychique, et spirituel si apport, car c’est une notion qui peut être inexistante également. Il y a dans le monde parallèle des esprits sans vie, c’est à dire, aucunement animé par l’Esprit. Certes, ils peuvent renseigner mais jusqu’à un certain point. Mais ils peuvent également, sans vraiment savoir, induire volontairement ou involontairement dans l’erreur. On ne peut en juger. Mais on peut prévenir.

Infernal Paradis Par Maurice Guinguand : Devenu très en vogue, au XIX ème siècle, après les essais et les publications d’Allan Kardec, le spiritisme était interdit par l’Eglise.

    On appelle spiritisme une méthode, un moyen permettant de communiquer avec les esprits d’alentour, que ce soient les esprits du monde inférieur astral, ou les esprits du monde de transition.

    Il est très rare de pouvoir communiquer avec les esprits du monde astral supérieur, car c’est mettre en œuvre la sensibilité, si bien que la communication touche de près le mysticisme ou l’extase.

    Dans le spiritisme, il convient d’entrer en contact avec des personnes ayant vécu sur terre, susceptibles de redonner des éléments de leur vie, ou les causes de leur mort, afin que tout puisse être vérifiable, ou encore d’indiquer à ceux qui les interrogent les clés de leur devenir.

    En cela, le spiritisme serait une interrogation s’adressant à la conscience universelle par un intermédiaire dématérialisé, pour pouvoir pénétrer les secrets de l’au-delà.

    Il faut être très prudent avec cette technique et ces contacts. On peut très aisément avoir liaison avec des entités d’un monde inférieur, les croyant appartenir à un monde supérieur, et le consultant suit alors les directives données. On finit par ne faire qu’un avec ces êtres invisibles, et si l’on persévère, c’est la possession qui vous guette ou la névrose à un état presque incurable.

    Je ne peux citer les cas de certaines voyantes s’identifiant par un pseudo-mysticisme à Dieu, lui même, ou à la Vierge Marie ou au Christ, fondant leurs visions sur des entités d’un monde animal inférieur. Il y a là erreur profonde, cause d’un grand nombre de désillusions ou d’égarements.

    On peut obtenir des dialogues très intéressants, mais il faut le faire aux moments convenables. Il est nécessaire de créer une ambiance, un égrégore et de ne pratiquer que selon un rite et un certain respect d’où la curiosité sera exclue. —

Les portes de l’Au-delà sont tout à fait indiquées pour débuter notre sujet. Lieu de passage, peuplé d’esprits, demeurant existentiel et transitoire à la fois. Mais depuis ce niveau, il ne pourrait être révélé ce que l’évolution à venir réserverait.

Le spiritisme semblerait affirmer le contraire. En effet, ce dernier se targue d’établir des contacts avec des esprits d’un haut niveau spirituel qui instruisent du devenir après la mort et bien au-delà. De la part d’esprits prétendus supérieurs, les réponses nous ont paru très rudimentaires et sans grand intérêt. C’est une des raisons qui nous pousse à ne pas reconnaître comme une vérité, les communications spirites. Poursuivons.

Durant les trois jours annoncés par Jésus s’accomplirait le détachement complet du corps éthérique avec sa corde d’argent. Cette première phase permettait peut-être une reconnaissance progressive de l’état d’après la mort. Plan fluidique, non plus physique, mais plan éthéré auquel accéderait le défunt. Ainsi, ce corps éthérique détaché de la matière deviendrait le véhicule de l’esprit doté d’une conscience innée. Mais sans que l’esprit soit d’appartenance à celui-ci. De ce fait, ce corps ne serait pas le siège de l’esprit, mais serait porté par l’esprit, et là où Il le voudrait. Or, tous, nous ne relevons pas de : l’Esprit.

D’un entretien avec Nicodème on trouve dans l’Evangile de Saint Jean, à partir de 3.3, des paroles précieuses de Jésus qui pourraient avoir un rapport avec ce qui vient d’être avancé, dont celles qui différencient l’Esprit, de la chair, 3.6 :

Ce qui est né de la chair est chair et ce qui est né de l’Esprit est esprit. Les paroles de Jésus renseigneraient également sur le devenir de l’être après la mort, sans que l’esprit puisse directement intervenir dans les desseins futurs qui l’attendent. 3.7 :

Ne t’étonne pas que je t’aie dit. Il vous faut naître d’en haut* : 3.8. Le vent, (l’Esprit) souffle où il veut et tu entends la voix mais tu ne sais ni d’où il vient ni où il va ainsi en est-il de quiconque est né de l’Esprit.

– Le spiritisme a retenu une autre version précisant : naître de nouveau. De cette façon, il confirme la réincarnation. C’est un état d’esprit comme un autre.

Cependant, l’éventualité de réincarnation ne serait pas à rejeter, tant qu’un monde supérieur ne serait pas gagné. Mais comment expliquer plus avant ce qui échappe aux esprits eux mêmes ?

Par ailleurs, les désignations : corps éthérique et corps astral demeurent  tabou à notre époque. Ces appellations ne sont pas reconnues de tous, à en croire le Frère Jean-Philippe Revel qui affirme: ce n’est pas un corps astral que le corps du Christ Ressuscité.

Souvent, il y a rejet de ce qu’on ne connaît pas. Et lorsque l’Église occulte ce qu’elle juge infondé, les bruits qui courent finissent par se dissiper pour ne plus demeurer qu’en vase clos et partagé par une minorité.

Par exemple les expériences de morts imminentes sont ignorées par l’Église catholique. Elle ne s’est jamais prononcée sur ces phénomènes. Pourtant, il s’agirait bien d’un cheminement naturel qui attendrait l’être après la vie.

Ce désintéressement expliquerait en partie le peu d’informations qui circule. Hormis le New-Age qui en parle et autres intéressés. Mais en effectuant une recherche sur le net, les milieux spirites semblent exceller dans les domaines de l’après vie, en présentant à leur manière une lecture abondante et très détaillée.

Or, seul le spiritisme détiendrait-il une connaissance approfondie de la vie après la vie ? Ce n’est guère une évidence et encore moins une certitude. On retrouve pourtant l’appellation corps astral et on découvre aussi celui de Perisprit : Comme le germe d’un fruit est entouré du périsperme, de même l’Esprit proprement dit est environné d’une enveloppe que, par comparaison, on peut appeler : périsprit.

Ce terme employé par le spiritisme ne serait que le corps astral sous une autre conception. De notre point de vue, Il pourrait être un manteau inusable pouvant servir de capuchon à tous les êtres se réincarnant en vies successives mais appartenant à un même chromosome.

Et chacun de nous a un chromosome particulier qui peut très bien se reproduire en vies successives. Car la pensée ou la vibration qui a mis en vie celui-ci ne meurt pas. C’est une parcelle du Verbe résidant en soi, voisinant très probablement avec l’âme. Et c’est lui qui anime la première cellule qui nous donne la vie. Pourrait-il alors se retrouver dans les êtres qui seraient nos incarnations successives ?

En conclusion, si dans notre sujet on trouvait des similitudes avec le spiritisme, il faut savoir que tout nous sépare.

Jésus a laissé un message à l’Humanité : Celui qui croit en Moi aura la vie Éternelle, de même, il a enseigné le rituel de l’Eucharistie en disant : Vous ferez cela en mémoire de moi..

– Au Nom du Christ suffit pour surpasser ici-bas et dans l’au-delà, toutes classes d’esprits, comprenant également les anges, les archanges, etc.. Ils correspondent à une montée dans l’état supra évolutif menant à un plan supérieur, puis divin. A partir de là, on approcherait peut être d’ une vérité vraie.

Dédoublement astral