Le mystère du tombeau vide

La disparition du corps de Jésus et le mystère du tombeau vide.

Le cas du Christ ressuscité révèle les étapes de sa résurrection. Il est question d’un processus s’accomplissant lors du passage de la mort à la vie. Le chemin permettrait-il de rejoindre dans un autre monde tous ceux qu’on a aimés ?

On apprend que depuis des siècles les Pères de l’Église catholique et chrétienne n’ont absolument rien compris du processus de la résurrection de Jésus. Excepté un récent éclaircissement sur le sujet par Benoît XVI , dans son dernier tome de mars 11. Peut-être créera t-il une résonance dans ce Troisième millénaire ?

Nouveau concept dans la résurrection ? L’être humain dans sa totalité manifeste une aura. Celle-ci n’est pas reconnue par l’Eglise alors qu’elle entoure ses saints. Son éclat plus ou moins lumineux, dépend de la somme des mérites, des fautes, du bagage mental et spirituel hérité à la naissance qui fructifie ou peu durant la vie. Cela vaut pour l’être humain croyant ou non, qu’il soit spirituel ou démoniaque, ange ou démon.

Cette aura est appelée aussi mandorle. « Maurice Guinguand qui détenait une faculté de voyance précise : cette mandorle se devine en observant une personne par voyance ». C’est bien là ce qu’on voulu représenter les imagiers en mettant des auréoles sur la tête des saints.

Ce qui suit, est une explication qui en vaut une autre, à cette seule différence : On ne la retrouve nulle part ailleurs, en tous cas, pas sous cette forme à notre connaissance.

– Après la vie physique, le double éthérique effectuera son parcours pour rejoindre cette auréole lumineuse (entourant la tête) des saints. On pourrait également la définir comme une boule lumineuse et originelle. Ainsi durant son cheminement, le corps étherique sera encore visible.

Mais lorsqu’il atteindra totalement cette boule divine, il deviendra alors INVISIBLE. Comme dans le cas du Christ.

C’est pourquoi dans les cas de résurrections, comme cela se produisit pour celle de Jésus-Christ, lorsqu’il fut ressuscité. Il était invisible. C’est le mystère du tombeau vide. Dans ce tombeau, il ne demeurait guère qu’une forme pouvant se reproduire par une mémoire physique. Mais non par un état physique réel et palpable. – Comprenons-nous ?

Mais la disparition du corps de Jésus demeure une énigme irrésolue pour deux bonnes raisons. La première : l’être humain en général croit en ce qu’on lui a apprit, et dans la plupart des cas, il ne s’écartera pas outre mesure de ce qu’il reconnaît comme correspondant avec ses idées.

La seconde raison complémentaire de la première, ferait qu’en fonction de cette limitation individuelle, à laquelle s’ajouterait un matérialisme grandissant dut à l’époque, le mental collectif ne serait pas prêt à concevoir, l’existence d’un principe originel, (situé), au-delà de la matière. Un monde non limité par les quatre éléments, produisant sur la terre : La naissance. La croissance. La décrépitude. La mort. Et pourtant, c’est issu d’une autre dimension que le Verbe s’est fait chair, il y a 2000 ans. Jésus venu s’incarner sur la terre, ouvrant une voie nouvelle. Par sa naissance. Par son enseignement. Par sa mort. Par sa résurrection. Pour que s’accomplisse « Sa Promesse dans l’Éternité ».

En synthèse, ce serait un peu en fonction de ces deux raisons, qu’il ne serait pas encore possible d’imaginer la disparition du corps de Jésus du Tombeau. La conscience collective demeurerait encore au même niveau comme l’histoire de Thomas le confirme. On croit en ce qui est reconnaissable, visible et palpable, parce que nous nous arrêtons au niveau du plan de notre appartenance.

D’ailleurs, on pourrait sûrement argumenter que Thomas a touché les plaies du Christ comme l’histoire le précise. C’est en effet une vérité sur un autre plan. Mais cette réalité n’étant que vraisemblance sur un plan matériel a été prise à ce même degré par les Pères de l’Eglise. Voici la raison.

C’était pour prouver les moyens de son incrédulité que le Christ à fait sentir à Thomas une impression de toucher. Mais c’était réel. Mais non physique. C’est un peu difficile à comprendre. Mais on oublie aussi que Thomas a principalement « vu » ! D’autre part, n’oublions pas les miracles de jésus avant et encore après sa résurrection. C’est une preuve de plus qui confirme sa divinité.

Les manifestations du Christ ressuscité ne sont pas toutes identiques, du fait que tous ne virent pas la même chose. Nombreux indices dans les Écritures qui n’ont pas été relevés.

Cette manière de voir n’est pas encore prête d’être partagée par tous. Et encore moins par les membres de l’Eglise chrétienne. Comment faire comprendre que le corps de Jésus au Tombeau ait  procédé d’une transmutation ? Ce qui provoqua la disparition du corps physique mais tout en demeurant sur un plan vibratoire ? C’est vain. Ici même en écrivant, il est difficile de se représenter un état qui dépasse totalement. Mais il s’agit de la réalisation de JésusLes Écritures en témoignent. Chacun interprète selon son entendement, ça ne se commande pas.

Le mystère de la résurrection des corps !

Les Apparitions du Christ Ressuscité

Publicités