La résurrection de Jésus est unique

La résurrection de Jésus est unique dans l’histoire de l’humanité.

Jamais aucun être humain décédé, excepté Jésus après sa résurrection n’a pu trouver la force nécessaire, celle de l’Esprit sans doute, pour réapparaître parmi ses proches après la mort et à différents endroits en même temps. Le cas est unique. Libre à chacun de prouver le contraire.

Il y a là un mystère, certes. Mais l’Eglise et ses prêtres auraient pu creuser un peu. Pourquoi vouloir croire sans savoir ? Il est permis de débuter une étude plus précise, orientée sur des faits historiques et révélateurs. Certains ont su le faire remarquer très simplement comme : historel.net. Merci.

Puisse se propager dans le monde pendant qu’il est peut être encore temps le message contenu dans la tradition du christianisme. Nul ne prétend que le message contenu dans la tradition du christianisme soit le seul et unique savoir ou bien l’unique voie. Mais le fait de résurrection de Jésus est insolite dans l’Histoire de l’Humanité. Jamais aucun être humain après sa mort n’a pu réapparaître parmi ses proches aussi longtemps et à plusieurs endroits simultanément. Jésus aurait-il laissé volontairement à ses disciples un modèle pour que se perpétue dans tout les temps un enseignement ?

Une fois encore la tradition du christianisme ne détient pas l’unique connaissance, mais celle ci aurait peut être été plus adaptée à la pensée occidentale si l’Eglise l’avait traitée dans son ensemble. Ce qui ne semble guère avoir été le cas depuis plus de 700 ans !

Objectivement, très peu de gens parviennent à concevoir les apparitions du Christ ressuscité. La difficulté d’entrevoir une quelconque réalité dans les apparitions de Jésus après sa mort est légitime puisque celles ci ne relèvent plus d’un plan physique et palpable, malgré que la croyance en général, atteste du contraire sans savoir. C’est sur ce point qu’il y a confusion et c’est tout un problème. En lecture des Évangiles on pourrait penser à une résurrection charnelle, comparativement aux vues de saint Paul qui propose des idées totalement différentes, alors que paradoxalement, il n’a pas été un témoin direct et qu’il ne mentionne pas non plus le tombeau vide. Pourtant ce dernier rejoint une forme de pensée supérieure pour laisser supposer, (lui l’affirme), que la résurrection ne dépend pas d’un monde tri-dimensionnel, tel que nous le connaissons, mais d’une tout autre dimension où le corps physique n’a pas sa place.

Débutons. Bien qu’on ne saisisse pas le pourquoi de l’incarnation excepté peut être dans l’hypothèse de la chute, ayant provoquée l’incorporation dans la matière, une continuité s’ensuivrait tant que des cycles successifs de vies terrestres et extra-terrestres ne seraient pas arrivés à termes selon un ordre respectif. La réincarnation si on y croit, ne serait somme toute, qu’une notion arbitraire au regard de l’Eternité.

Concernant maintenant le double éthéré ou corps de résurrection qui n’est pas charnel, peu le voit. Sur un plan d’après la mort il a une existence. Il est différent de l’éthérique qui n’appartient qu’au corps lui même et de notre point de vue, c’est sans doute par ce corps que Jésus transparut. Le cas est exceptionnel. Jésus ou plutôt le Christ ressuscité parvint à apparaître physiquement sous une forme plus ou moins ressemblante à celle qu’il avait eu de son vivant. C’est extraordinaire ! C’est le moins qu’on puisse dire même pour un être à part. Mais on ne voit pas ainsi les prémices de la résurrection. On ne pourrait l’imaginer et encore moins l’envisager pour soit même. C’est assez contradictoire comparativement au besoin de croire ?

Pour les fidèles, souvent la foi, l’ignorance aussi par peur de l’inconnu, prédomine sur un besoin de chercher à comprendre. Or, si Jésus annonçant à l’avance sa résurrection est apparu trois jours et demi après sa mort, c’est qu’il dut bien y avoir dans sa détermination une intention de révéler ce que l’on ne veut justement pas connaître. Or, cela permettrait un début de compréhension. Car bien évidemment la réelle portée de la résurrection ne se limite sans doute pas à ce premier stade, ou passage d’un plan visible à un plan invisible.

A notre époque matérialiste, ce qui se passe après la mort ne semble pas préoccuper à première vue. La croyance dans la résurrection serait considérée comme une utopie dans laquelle se fonde l’espérance du chrétien qui sans vraiment comprendre, (d’ailleurs qui le peut), admet possible qu’après la vie, il ressuscitera selon la Promesse de Jésus dans un monde exempt de souffrances où la vie est Éternelle. C’est à souhaiter.

Or, au regard d’un matérialisme grandissant qui anime et cloisonne le mental collectif, le conditionnant toujours plus pour ne voir que le visible, une contradiction s’ensuit. En effet, si il n’y avait aucun intérêt de penser à une continuité de la vie, ou à un autre mode d’existence intervenant après avoir trépassé, pourquoi dépenser autant d’argent dans des fournitures mortuaires à l’intention du cher disparu puisque tout s’arrêterait en mourant et que rien ni même un souvenir ne subsisterait ? Autre exemple : Combien on déjà été consulter un soit disant voyant, (rares sont les vrais), ou ont participé à une séance de spiritisme ? Car exceptée la curiosité chez certains et un besoin de savoir chez d’autres, il en demeure pas moins un sentiment qui porte à croire que la mort ne serait pas une finalité en soi. C’est pour une part ce que le Christ à cherché à prouver en apparaissant sous une forme informelle.

Mais on ne veut pas le comprendre ainsi. On pourrait préférer la médiumnité ou moyen permettant d’établir des contacts, (sous réserve), avec l’esprit de personnes décédées pour envisager une vie après la mort ? Mais pour ce qui est du rendu visible du corps de Jésus après sa résurrection, pouvant parler et rompre le pain même, là ça laisse totalement indifférent ou presque. On tente d’expliquer dans ces pages, l’âme, le corps astral, l’Esprit, le double éthérique, la mandorle. Et quoi encore ? Qu’on se rassure, chacun ne traînera pas tout cet attirail dans l’au-delà.

En fait, il y a une partie éthérée entourant l’être incarné située d’une part, proche du cerveau, et d’autre part, en liaison avec la colonne vertébrale et le bas de celle ci. Le tout est essentiellement fluidique et vibratoire. C’est cet ensemble qui formerait la totalité de l’Aura ou du corps astral si l’on préfère. C’est également cette auréole qui entourait totalement le corps du Christ en gloire. Et après la mort, ça ne serait plus identifiable, même par ceux qui purent l’observer parce que ça ne sera pas extérieur à soi. Ce sera un état réel fusionnant, (impossible à décrire). Il n’y aura pas de séparation. On fera un. C’est dans cet état qu’il sera difficile de savoir ce qu’on est devenu. C’est pourquoi sans chercher à influencer quiconque, l’exemple du Christ serait un repère. Lui su ce qu’Il devint durant cette étape si bien qu’Il témoigna à l’Humanité, à ses proches, dont à des femmes les premières que la vie continue (différemment).

Nous dirigeons le chercheur vers l’ouvrage de Raymond Moody.. L’un des témoignages qui n’est pas une NDE est devenu significatif des premières étapes de la résurrection de Jésus : le corps divin. Un sujet qui devrait intéresser. L’interprétation est unique ne se retrouvant nulle part ailleurs. Mais précisons ceci : Tout les personnages dont on peut parler dans ce livre font relation de leur état personnel et témoignent en fonction de leurs sensations propres. Alors que le Christ après sa sortie du tombeau a une pré-connaissance divine qu’Il rejoint progressivement. Et il en a également une imprégnation. C’est pourquoi il est invisible sur le plan physique comme nous allons l’expliquer dans ces pages. La résurrection du Christ vue sous un angle astral apporterait un complément. Mais rien ne peut être affirmé. C’est une projection avant tout. Non sectaire car ce processus pourrait très bien se révéler plus ou moins identique après la vie tout en différant selon les croyances et les convictions propres de chacun.

Qui le sait ?

Mais on ne cherche à influencer personne. De plus, et c’est utile de le préciser, que l’on voit ou pas ce corps non terrestre, selon Saint-Paul, c’est un corps spirituel ou encore un corps Glorieux. D’autres l’ont nommé autrement. Qu’on le voit ou non cela n’a aucune importance. La seule chose qui ait de l’importance, c’est la manière dont chacun régit sa vie et à l’égard d’autrui son Prochain. – Car en supposant qu’il  subsiste une « mémoire » ? Celle ci comprendrait peut être la somme du vécu terrestre propre est individuel. Mais on devra assumer ses actes. Tous. Comme les remarques qui sont formulées sur l’Église qui demeure cependant encore à notre époque la représentante de Jésus sur la terre et de la tradition du christianisme. Et même si beaucoup de prêtres modernes sont un peu à côté de la plaque ! L’ Église est également un Intermédiaire dans la Foi dans le Christ entre les cieux et la terre. Guidant les fidèles vers la lumière du Seigneur celui qui vint s’incarner sur la terre en « Promettant la vie Éternelle » à qui voudrait croire en Lui.

« Au nom du Père, et du Fils et du Saint-Esprit ».

A partir de là, c’est déjà beaucoup. Pour tous ceux qui ne souhaiteraient pas approfondir, là est l’essentiel.

Les Pères de l’Église catholique enseignent ..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s